Symptômes de l’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose, également appelée intolérance au sucre de lait, est une intolérance au lactose. On estime que 5 à 15 % des Européens ne supportent pas le lactose. Il s’agit d’une intolérance qui peut être éliminée avec succès par une modification de l’alimentation. Important : l’intolérance au lactose n’est pas une allergie.

Les personnes intolérantes au lactose peuvent ressentir les symptômes suivants après avoir consommé des aliments contenant du lactose :

  • douleurs abdominales,
  • des crampes abdominales,
  • des flatulences importantes
  • des pertes de vent,
  • sensation de plénitude,
  • des nausées,
  • diarrhée.

Les premiers signes apparaissent généralement au bout de quinze à trente minutes, mais au plus tard deux heures après avoir consommé des aliments contenant du lactose.

La prise de poids ne fait pas partie des symptômes de l’intolérance au lactose. Des troubles tels qu’une prise de poids ou du sang dans les selles peuvent toutefois être des indices d’autres maladies qui nécessitent un examen. En revanche, il arrive souvent que les troubles digestifs entraînent une perte de poids.

Les modifications de la peau, comme par exemple une éruption cutanée ou des démangeaisons, ne sont pas typiques d’une intolérance au lactose et indiquent plutôt d’autres causes. Les éruptions cutanées, les boutons ou les démangeaisons apparaissent par exemple en cas d’allergie aux protéines du lait.

Qu’est-ce que l’intolérance au lactose ?

L’intolérance au lactose est souvent appelée intolérance au lait. En réalité, il s’agit d’une intolérance au lactose. Le corps ne peut pas utiliser le sucre (le lactose) contenu dans le lait. Le lactose est ce que l’on appelle un sucre double et se compose de deux éléments : le glucose et le galactose. Après la consommation d’aliments, une enzyme digestive appelée lactase décompose normalement le lactose en ses composants dans l’intestin grêle. L’enzyme digestive lactase est donc impérativement nécessaire pour ce processus. Les deux sucres simples peuvent alors traverser la paroi de l’intestin grêle et passer dans la circulation sanguine pour alimenter le corps en énergie.

En cas d’intolérance au lactose, ce clivage ne fonctionne pas, car il n’y a pas ou trop peu de lactase. Le lactose continue alors sa route dans le gros intestin sans être digéré et y est décomposé par des bactéries. Il s’y produit alors un processus de fermentation qui produit à son tour des acides et des gaz qui provoquent dans l’intestin les troubles typiques tels que les ballonnements, les crampes ou la diarrhée.

Si une intolérance au lactose est confirmée, il convient de recourir à des produits sans lactose. Heureusement, il existe de nombreux aliments naturellement exempts de lactose : les fruits, les légumes, la viande et le poisson non transformés, les œufs, le miel, les noix et les légumineuses sont tous exempts de lactose. Malheureusement, le lactose se cache dans de nombreux produits finis, comme la charcuterie, les saucisses, la purée de pommes de terre, les sauces à salade, les légumes en conserve, les biscuits secs ou même la chapelure.

Le beurre est fabriqué à partir de la crème de lait de vache et ne contient naturellement que de faibles quantités de lactose. Les personnes souffrant d’une intolérance au lactose peuvent donc généralement manger du beurre normal. Bien entendu, on trouve aujourd’hui du beurre sans lactose.

L’allergie aux protéines du lait est souvent confondue avec l’intolérance au lactose.

Les causes de l’intolérance au lactose

Les causes de l’intolérance au lactose varient en fonction du type d’intolérance. On distingue l’intolérance primaire et l’intolérance secondaire au lactose.

L’intolérance primaire au lactose se développe au cours de la vie, car l’enzyme digestive lactase perd peu à peu sa capacité à décomposer le lactose après le sevrage. Parfois, l’intolérance au lactose n’apparaît qu’avec l’âge. Cette évolution est d’ailleurs irréversible – les personnes concernées restent durablement intolérantes au lactose.

Chez les nourrissons, cette enzyme digestive, la lactase, est normalement produite en quantité suffisante. Après quelques années, la quantité de lactase diminue. Ce processus varie selon les ethnies : alors qu’une grande partie de la population d’Asie centrale et du Sud ne tolère plus les produits laitiers, la population de la plupart des régions d’Europe et du Proche-Orient n’a aucun problème à décomposer le sucre jusqu’à un âge avancé.

L’intolérance secondaire au lactose apparaît soudainement. Elle survient à la suite d’autres maladies. Parmi ces maladies, on compte par exemple les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin comme la maladie de Crohn, l’intolérance au gluten, un traitement par rayons en cas de cancer ou les conséquences d’une opération de l’estomac ou de l’intestin.

Cette intolérance au lactose n’est que temporaire. Si la maladie initiale est traitée avec succès, l’intolérance au lactose peut également disparaître. Dans le cas des opérations mentionnées, il se peut que l’intolérance au lactose persiste.

Il existe également une intolérance congénitale au lactose, qui provoque de graves symptômes chez les nourrissons peu après la naissance. Elle est heureusement très rare. Dans ce cas, l’intolérance persiste toute la vie.

L’intolérance au lactose est diversement répandue dans le monde. En Suisse, environ 20 pour cent des adultes sont concernés, et près de 30 pourcent dans les régions méditerranéennes. En Afrique et en Asie, les taux sont en moyenne nettement plus élevés.

Il existe sur le marché des comprimés qui peuvent être pris contre l’intolérance au lactose. Ces comprimés contenant de la lactase favorisent la digestion du lactose en cas d’intolérance au lactose et doivent rendre la consommation de lait et de produits laitiers plus digeste. Les études menées sur ce sujet sont très limitées et la plupart d’entre elles sont insuffisantes. Il n’est pas possible de savoir quel est l’effet de la lactase contenue dans ces comprimés et si les troubles s’améliorent sensiblement. Le mieux est encore de passer à une alimentation sans lactose.

Intolérance au lactose chez les enfants

L’intolérance au lactose est différente de l’intolérance au lait de vache. En cas d’intolérance au lactose, le nouveau-né ne peut pas dégrader le lactose contenu dans le lait maternel ou les préparations pour nourrissons. Le lait maternel a une teneur relativement élevée en lactose (7%). Cependant, les bébés naissent généralement avec suffisamment de lactase. Cela vaut d’ailleurs également pour les enfants dont les parents présentent une intolérance au lactose. Les prématurés ou les bébés dont l’intestin n’est pas encore tout à fait mature peuvent plutôt présenter une intolérance au lactose. Une carence congénitale en lactase est rare, mais possible. Ces bébés ne peuvent pas être allaités. Ils ont besoin d’une alimentation au biberon sans lactose.

Chez les enfants de plus de 10 ans souffrant de douleurs abdominales récurrentes, l’intolérance au lactose est la deuxième cause la plus fréquente de douleurs abdominales. Comme chez l’adulte, un test respiratoire H2 est effectué chez l’enfant (nous y reviendrons plus loin). S’il est confirmé que l’enfant souffre d’une intolérance au lactose, la suppression du lactose est toujours la meilleure option.

Après un test respiratoire H2 anormal, il est recommandé de soumettre les enfants à un régime strict sans lactose, et ce pendant deux à trois semaines. Si les symptômes s’améliorent sous ce régime, on peut alors essayer de trouver un seuil de tolérance au lactose individuel pour l’enfant concerné. Pour les enfants présentant une intolérance au lactose non congénitale, il est possible de déterminer la quantité de lactose tout juste supportable en donnant à l’enfant un demi-verre de lait ou un yaourt à manger, par exemple, pour voir s’il le tolère. Les produits laitiers doivent être donnés en même temps qu’un repas principal.

Diagnostic/test de l’intolérance au lactose

Il existe différentes possibilités d’examen. Les deux variantes les plus simples peuvent être réalisées à la maison :

– Les personnes concernées peuvent suivre un régime conséquent de plusieurs jours sans lactose. Elles doivent au préalable bien s’informer sur les aliments et leur teneur en lactose, car il y a beaucoup de lactose “caché” (comme mentionné plus haut, il existe de nombreux produits finis qui contiennent du lactose ou des composants du lait). Si aucun symptôme n’apparaît pendant cette période de régime, une intolérance au lactose est possible.

– Une autre variante consiste à renoncer au lactose pendant quelques jours, puis à boire un verre d’eau contenant 100 g de lactose dissous. Si les symptômes typiques apparaissent dans les heures qui suivent, il s’agit très probablement d’une intolérance au lactose.

Souvent, le diagnostic n’est pas clair, car il n’existe qu’une intolérance incomplète. Dans le cas d’un déficit primaire en lactase, l’intolérance augmente au cours de la vie, ce qui n’est pas le cas du déficit congénital en lactase.

D’autres tests peuvent être effectués chez le médecin :

– Test respiratoire H2 : ce test détecte la présence d’hydrogène (H2) dans l’air expiré – H2 est une preuve indirecte de la carence en lactase. Lorsque le lactose est décomposé par des bactéries dans le gros intestin, il se forme non seulement de l’acide lactique, de l’acide acétique et du dioxyde de carbone, mais aussi de l’hydrogène gazeux. Celui-ci parvient ensuite dans les poumons via le sang et est expiré. Comme il n’y a normalement pas d’hydrogène dans l’air expiré, un résultat positif indique une possible intolérance au lactose. Malheureusement, ce test donne un résultat négatif chez une personne sur cinq souffrant d’intolérance au lactose.

– Test de la glycémie : il s’agit de mesurer la glycémie dans le sang. Normalement, le lactose est décomposé en galactose et en glucose. Chez les personnes en bonne santé, la glycémie augmente lorsque le lactose est ingéré. Si ce n’est pas le cas, on peut soupçonner une intolérance au lactose. Des résultats erronés sont possibles chez les patients atteints de diabète sucré.

– Un test génétique est possible depuis peu. Dans ce cas, une simple prise de sang suffit.

– Biopsie : dans de rares cas, un échantillon de tissu de l’intestin grêle doit être prélevé et analysé.

   Published By: Nicole Pasini

Published Date:  19 May, 2022

Articles plus intéressants