Déséquilibre hormonal : Comment les reconnaître ?

Hormonstörung

Les hormones jouent un rôle important dans la santé générale. Il existe donc toute une série de signes qui peuvent indiquer un dérèglement hormonal. De nombreuses maladies provoquant un dérèglement hormonal peuvent être traitées.

Les hormones sont les messagers chimiques de votre corps.

Elles sont produites par les glandes endocrines et se déplacent dans la circulation sanguine, où elles indiquent aux tissus et aux organes ce qu’ils doivent faire. Elles aident à contrôler de nombreux processus importants dans notre corps, y compris le métabolisme et la reproduction.

En cas de dérèglement hormonal, nous avons trop ou trop peu d’hormones données. Même de minuscules changements peuvent avoir de graves conséquences sur l’ensemble de notre corps.

Imaginez les hormones comme une recette de gâteau. Trop ou trop peu d’un ingrédient affecte le produit final.

Certains niveaux d’hormones fluctuent au cours de la vie et ne sont peut-être que le résultat du processus naturel de vieillissement. Cependant, d’autres changements se produisent lorsque nos glandes hormonales composent mal la recette.

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les dérèglement hormonaux et sur la manière dont ils peuvent affecter notre santé.

Dérèglement hormonal : Quelles sont les causes ?

Des dizaines de maladies sont causées par un dérèglement hormonal. Pour la plupart des hormones, un excès ou un manque d’hormones provoque des symptômes et des problèmes de santé. Si nombre de ces dérèglements nécessitent un traitement, certains peuvent être temporaires et disparaître d’eux-mêmes. Les dérèglement les plus courants liés aux hormones sont les suivants :

Des menstruations irrégulières (règles) : Plusieurs hormones sont impliquées dans le cycle menstruel. Par conséquent, un dérèglement d’une ou de plusieurs de ces hormones peut entraîner des règles irrégulières. Parmi les maladies spécifiques liées aux hormones qui provoquent des règles irrégulières, on trouve le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et l’aménorrhée.

Infertilité : un dérèglement hormonal est la principale cause d’infertilité chez les personnes considérées comme des femmes à la naissance. Les maladies hormonales telles que le SOPK et l’anovulation peuvent provoquer l’infertilité. Même chez les personnes assignées au sexe masculin à la naissance, un dérèglement hormonal peut nuire à la fertilité, par exemple un faible taux de testostérone (hypogonadisme).

Acné : l’acné est principalement causée par des pores obstrués. Bien que de nombreux facteurs contribuent à l’apparition de l’acné, les fluctuations hormonales, notamment pendant la puberté, sont un facteur important.

Lorsque les hormones deviennent actives à la puberté, le changement hormonal lié à la puberté entraîne souvent des troubles de la kératinisation.

Acné hormonal (acné chez l’adulte) : Le stress provoque une sécrétion d’hormones (cortisol, androgène), pouvant aggraver l’acné.

Cela est particulièrement fréquent pendant la grossesse, la ménopause et chez les personnes qui suivent un traitement à la testostérone.

Diabète : En Suisse, la maladie endocrinienne (liée aux hormones) la plus courante est le diabète. Dans le cas du diabète, le pancréas ne fabrique pas l’hormone insuline ou ne la produit pas en quantité suffisante, ou le corps ne l’utilise pas correctement. Il existe différents types de diabète. Les plus courants sont le diabète de type 2, le diabète de type 1 et le diabète gestationnel. Le diabète nécessite un traitement.

Maladie de la thyroïde : les deux principaux types de maladies de la thyroïde sont l’hypothyroïdie (taux d’hormones thyroïdiennes trop bas) et l’hyperthyroïdie (taux d’hormones thyroïdiennes trop élevé). Pour chaque maladie, il existe plusieurs causes possibles. Les maladies de la thyroïde doivent être traitées.

Obésité : de nombreuses hormones peuvent influencer la manière dont votre corps vous signale que vous avez besoin de nourriture et la manière dont votre corps consomme de l’énergie. Par exemple, un excès de cortisol (une hormone) et une hypothyroïdie peuvent entraîner l’obésité.

Dérèglement hormonal : Quels sont les symptômes?

Vos hormones jouent un rôle essentiel dans votre santé générale. Il existe donc toute une série de signes et de symptômes qui peuvent indiquer un dérèglement hormonal. Les signes ou symptômes que vous présentez dépendent des hormones ou des glandes qui ne fonctionnent pas correctement.

Le dérèglement hormonal fréquents, qui touchent les personnes de tous les sexes, peuvent entraîner l’un des signes ou symptômes suivants :

Cycles menstruels irréguliers :
Le cycle menstruel d’une femme dure normalement entre 21 et 35 jours. Si cela ne correspond pas à votre cycle mensuel normal, cela pourrait être le signe d’un dérèglement hormonal. Des règles irrégulières peuvent également être un signe du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), un dérèglement hormonal qui survient généralement au début de l’âge adulte et peut entraîner une augmentation de la taille des ovaires et des follicules en forme de kystes entourant les ovules.

L’infertilité :
Un dérèglement hormonal peut rendre cette étape importante de la vie un peu plus difficile. Si vous essayez de tomber enceinte depuis six mois sans succès, il est peut-être temps de contrôler votre taux d’hormones.

Bouffées de chaleur et sueurs nocturnes :
Vous souffrez de bouffées de chaleur occasionnelles pendant la journée ou vous vous réveillez en sueur ? Ces symptômes sont un signe évident de dérèglement hormonal et sont très probablement dus à une baisse du taux d’œstrogènes.

Prise de poids persistante :
La prise de poids ou la difficulté à perdre du poids est l’un des nombreux symptômes désagréables et frustrants d’un dérèglement hormonal. De nombreuses femmes souffrent de ce problème, même si elles font de l’exercice quatre ou cinq fois par semaine et surveillent leur apport calorique. Cela peut être dû à des glandes surrénales surchargées ou à un déséquilibre lié au SOPK (décrit ci-dessus).

Perte de cheveux :
Il existe toute une série de causes de perte de cheveux, les plus fréquentes étant la grossesse et un dérèglement hormonal.

Douleurs dans la région pelvienne :
Si vous ressentez des douleurs dans le bas-ventre pendant vos règles ou pendant les rapports sexuels, vous devez absolument consulter votre médecin. Ces symptômes pourraient être les signes d’un dérèglement hormonal entraînant une endométriose (implantation de tissus en dehors de l’utérus), des fibromes (qui sont dus aux œstrogènes) ou des kystes ovariens. Ils peuvent tous être éliminés soit médicalement, soit chirurgicalement.

La fatigue :
Vous avez besoin d’une tasse de café de trop pour passer la journée ? Cela pourrait être dû à une modification du sommeil, de l’alimentation ou de l’exercice, mais des changements hormonaux à cause d’un dérèglement dans le cerveau qui contrôlent votre thyroïde peuvent également entraîner une fatigue persistante.

Le syndrome prémenstruel (SPM) :
Le syndrome prémenstruel (SPM) désigne les symptômes qui apparaissent juste avant les règles, comme les crampes, les tensions mammaires et les sautes d’humeur.

D’autres symptômes plutôt inconnus peuvent être :

– des bourrelets de graisse entre les épaules
– perte de poids inexpliquée et parfois soudaine
– faiblesse musculaire
– augmentation ou diminution de la fréquence cardiaque
– sensibilité accrue au froid ou à la chaleur
– constipation ou augmentation de la fréquence des selles
– miction fréquente
– augmentation de la soif
– augmentation de la faim
– dépression
– nervosité, anxiété ou irritabilité
– peau sèche
– vergetures violettes ou roses

Notez que ces symptômes ne sont pas spécifiques. Si vous en avez un ou plusieurs, cela ne signifie pas nécessairement que vous souffrez d’un dérèglement hormonal.

Certains de ces symptômes peuvent également être le signe d’autres maladies chroniques. Par conséquent, si vous remarquez des changements notables dans votre corps ou votre niveau d’énergie, parlez-en à votre médecin.

Bilan hormonal: Tests laboratoires faciles à faire chez soi

Vos hormones jouent un rôle essentiel dans votre santé générale. Il existe donc toute une série de signes et de symptômes qui peuvent indiquer un dérèglement hormonal. Les signes ou symptômes que vous présentez dépendent des hormones ou des glandes qui ne fonctionnent pas correctement.

Des dérèglement hormonaux fréquents, qui touchent les personnes de tous les sexes, peuvent provoquer l’un des signes ou symptômes suivants:

– prise de poids
– accumulation de graisse entre les épaules
– perte de poids inexpliquée et parfois soudaine
– fatigue
– faiblesse musculaire
– douleurs musculaires, tendresse et raideur
– douleur, raideur ou gonflement des articulations
– augmentation ou diminution de la fréquence cardiaque
– transpiration
– sensibilité accrue au froid ou à la chaleur
– constipation ou augmentation de la fréquence des selles
– miction fréquente
– augmentation de la soif
– augmentation de la faim
– diminution de la libido
– dépression
– nervosité, anxiété ou irritabilité
– vision floue
– infertilité
– amincissement des cheveux ou cheveux fins et cassants
– peau sèche
– visage gonflé
– visage rond
– vergetures violettes ou roses

Comment identifier un dérèglement hormonal ?

Un test sanguin approfondi permet d’identifier et de tester les symptômes susmentionnés. Il faut veiller à ce que vous vous sentiez en de bonnes mains et prise au sérieux, car un déséquilibre hormonal reste souvent caché sous les différents symptômes. Chez Check Your Health, vous avez la possibilité de faire contrôler les principaux biomarqueurs/hormones confortablement depuis chez vous. Cliquez ici pour voir les détails de nos tests.

Dérèglement hormonal après accouchement

Pendant la grossesse, le taux des hormones féminines progestérone et œstrogène n’a jamais été aussi élevé. Ces hormones jouent un rôle crucial dans la production de dopamine et de sérotonine, c’est pourquoi tant de femmes disent se sentir heureuses pendant la grossesse.

Cependant, une fois que votre bébé et le placenta sont sortis, la progestérone et l’œstrogène diminuent tous deux. Pour compenser cela, l’ocytocine augmente. L’ocytocine est connue comme l’hormone de l’attachement et contribue à nourrir la dyade mère-bébé. La prolactine augmente également pour produire le lait maternel.

Ce changement hormonal rapide est la raison pour laquelle de nombreuses femmes se sentent très anxieuses dans les premiers jours suivant l’accouchement.

La question que presque toutes les nouvelles mères se posent donc est la suivante :

“Quand vais-je me sentir à nouveau normale ?” ou “Quand vais-je me sentir à nouveau moi-même ?” La vérité, c’est que chaque femme est différente. Normalement, les symptômes d’un déséquilibre hormonal ne devraient apparaître que quelques semaines après l’accouchement, en général environ 6 à 8 semaines. Les symptômes liés aux hormones pendant l’allaitement restent dans le corps aussi longtemps que la femme allaite.

Dérèglement hormonal après allaitement

Les femmes qui allaitent constateront que leur taux d’hormones est modifié plus longtemps. On estime que chez environ 40 % des femmes qui allaitent exclusivement, le taux d’hormones ne revient à la normale que six mois après l’accouchement. Il est important de laisser au corps le temps de s’adapter à nouveau. Cependant, toutes les hormones devraient revenir à la normale au plus tard trois mois après le sevrage. Si ce n’est pas le cas, il est recommandé de faire un test et de rééquilibrer le cycle par des aliments et des habitudes appropriés.

Comment traiter un dérèglement hormonal?

Vos options de traitement et de prévention dépendent du type de dérèglement hormonal, de sa gravité, de vos antécédents médicaux, de votre âge et de vos objectifs de reproduction. Le traitement des dérèglement hormonal peut comprendre les éléments suivants :

Un changement de mode de vie : une perte de poids, une activité physique accrue et une meilleure alimentation peuvent atténuer les symptômes de nombreux dérèglements hormonaux.

Un traitement de la fertilité : les spécialistes de la fertilité aident les femmes à explorer leurs possibilités de reproduction, y compris la fécondation in vitro (FIV).

Une chirurgie : si un dérèglement hormonal est lié à une tumeur, les médecins peuvent procéder à l’ablation chirurgicale de la tumeur.

Avec une médication : certains médicaments aident à contrôler les symptômes et une thérapie de substitution hormonale rétablit les niveaux d’hormones.

Quel traitement naturel pour un dérèglement hormonal ?

Au fil des années, le thème des dérèglement hormonaux est devenu de plus en plus actuel. Cela ne profite pas seulement aux femmes qui souffrent, mais offre également une large palette de méthodes naturelles auxquelles il est possible de recourir. Les méthodes naturelles se différencient généralement par leur application. Toutes ont cependant une chose en commun : le cycle est surveillé et complété par des produits appropriés comme le gattilier ou les huiles essentielles.

En outre, un sommeil suffisant, une supplémentation en vitamine D pendant la nuit et une activité physique régulière sont des mesures de soutien pour équilibrer le dérèglement hormonal. Il convient également d’éviter autant que possible le stress.

Evitez les aliments transformés
La plupart des aliments transformés sont composés de glucides simples qui sont stockés sous forme de graisses. Ceux-ci peuvent provoquer une dérégulation de la glycémie et affecter vos hormones.

Mangez des protéines
Les protéines sont nécessaires pour que votre corps puisse produire et réguler les hormones. Essayez de consommer plus de protéines et de viande maigre.

Mangez des fibres
Votre corps libère des œstrogènes par les selles, de sorte que la constipation peut entraîner la réabsorption de l’excès d’œstrogènes dans la circulation sanguine. Mangez suffisamment de fibres pour faciliter le transit intestinal.

Consommez suffisamment de fer
Un faible taux de fer peut aggraver les symptômes de la dépression post-partum. Mangez des aliments riches en fer comme les haricots, les jaunes d’œufs et les légumes à feuilles pour prévenir l’anémie et la fatigue.

Mangez des graisses saines
Les graisses saines sont essentielles à une bonne régulation hormonale, car elles aident les hormones à fonctionner et à se déplacer correctement dans le corps. Essayez de manger de l’avocat, des amandes, des graines et du saumon sauvage.

Mangez des aliments riches en nutriments
Les nutriments renforcent l’immunité et aident votre corps à fonctionner correctement. Les légumes et les fruits contiennent des vitamines et des minéraux qui aident votre corps à s’autoréguler.

Restez hydraté
Buvez de l’eau et mangez des fruits, des légumes, des soupes et des smoothies pour lutter contre l’irritabilité, la dépression et la fatigue. Évitez le café et les sodas.

Prenez des vitamines pour la grossesse et l’allaitement
Même si vous faites de votre mieux, il se peut que votre alimentation ne vous apporte pas suffisamment de nutriments. Prenez des vitamines pour la grossesse et l’allaitement afin de vous protéger contre les carences dans votre alimentation.

Un dérèglement hormonal peut-il conduire à la dépression ?

La dépression est un trouble qui affecte l’humeur et l’attitude générale face à la vie. Une perte d’intérêt pour les activités ou le sentiment d’être triste et abattu sont des symptômes qui caractérisent cet état. Même si la plupart des gens se sentent tristes ou abattus pendant une courte période, la dépression clinique est plus qu’un simple sentiment de tristesse.

La dépression est une maladie grave et les personnes concernées ne sont généralement pas en mesure de surmonter facilement un état dépressif. Un dérèglement hormonal peut être lié à la dépression ou à d’autres maladies psychiques et peut parfois aller de pair. 

Un taux d’hormones équilibré peut nous aider à rester énergiques et à conserver une humeur égale. Toutefois, lorsque nos hormones sont dérègles, notre attitude peut changer et provoquer des sentiments de tristesse, d’anxiété et même de dépression.

Si vous comprenez comment les hormones affectent votre santé mentale et provoquent des maladies telles que la dépression, vous pouvez apprendre à gérer et à surmonter les symptômes.

Il existe des centaines d’hormones dans notre corps, mais seules certaines sont liées à notre humeur. Lorsqu’elles sont dérègles, ces hormones peuvent provoquer des signes et des symptômes de dépression.

Voici quelques-unes des hormones associées à la dépression :

Œstrogènes : contribuent à la production de dopamine et de sérotonine, les neurotransmetteurs qui régulent l’humeur.

Progestérone : favorise le calme et la détente, mais peut aussi provoquer dépression, anxiété et irritabilité si elle n’est pas présente en quantité suffisante.

Testostérone : présente en plus grande quantité chez les hommes (mais également produite par les femmes), elle régule la santé des muscles et des os ainsi que la libido ; un faible taux de testostérone présente de nombreux signes communs de dépression

Thyroïde : régule le métabolisme, le niveau d’énergie et d’autres fonctions corporelles nécessaires ; l’hyperthyroïdie (hyperfonctionnement de la thyroïde) et l’hypothyroïdie (insuffisance de la thyroïde) sont toutes deux associées à la dépression.

Cortisol : aide à gérer le stress et l’anxiété et est souvent associé aux changements de poids.

Insuline : maintient le taux de glycémie sous contrôle.

DHEA (déhydroépiandrostérone) : réduit l’inflammation dans le cerveau et aide à réguler le stress et la dépression.

   Published By: Nicole Pasini

Published Date:  23 June, 2022

Articles plus intéressants